7 faits sur l’assurance habitation

L’assurance habitation, fait partie de ces contrats que les Français signent sans réellement y porter une grande attention… À défaut de passer à côté d’économies substantielles. Cela est notamment dû à un manque d’information crucial au sujet des assurances.

C’est pourquoi chez Ideel, nous avons décidé de mettre la lumière sur 7 fais importants au sujet de l’assurance habitation. Afin que vous puissiez en savoir plus sur quels sont vos droits et comment faire des économies tout en étant correctement assuré.

 

1. L’assurance habitation est obligatoire pour les locataires

Si vous êtes locataire d’un bien immobilier, vous avez l’obligation de souscrire à une assurance habitation afin d’avoir le droit de loger. En effet, vous êtes responsable des dégâts que vous pourriez causer au bien immobilier, ainsi qu’à ceux des voisins. L’assurance habitation vous permettrai donc de couvrir les risques en cas de sinistre.

Si vous êtes propriétaire occupant d’un logement, sachez que vous n’avez aucune obligation de souscrire à une assurance habitation. Cependant, elle est primordiale et vivement conseillée, surtout en cas de sinistre.

Si vous êtes propriétaire non-occupant d’un bien immobilier, vous n’avez pas aussi l’obligation d’assurer le logement. Mais vous pouvez toujours vous protéger (c’est d’ailleurs très important et conseillé) en souscrivant à une assurance “propriétaire non-occupant”, à laquelle vous pourrez ajouter des garanties comme le “recours des locataires” ou encore le “recours des voisins et des tiers”.

Finalement, si vous êtes propriétaire d’un logement en copropriété, vous avez dans ce cas-là l’obligation de vous assurer au minimum fixé par la loi, c’est-à-dire avec l’assurance de responsabilité civile.

2. Après 1 an, il est possible de changer d’assurance habitation à tout moment

Depuis la loi Hamon en 2014, vous pouvez changer d’assurance habitation dès que vous le souhaitez, après avoir respecté une période d’engagement d’un an, et ce sans aucune justification. Cependant, il existe plusieurs cas dans lesquels vous pourrez résilier ou changer d’assurance auto avant la fin de votre période d’engagement :

  • En cas de déménagement
  • En cas de décès de l’assuré
  • Si vous changez de régime ou situation marital (divorce, mariage…)
  • Si vous changez de situation professionnelle (licenciement, rupture conventionnelle…)
  • En cas de modification injustifiée de la prime d’assurance ou de la franchise
  • Si votre assurance refuse de diminuer la cotisation malgré une baisse du risque
  • Si votre assureur résilie un autre de vos contrats pour sinistre
  • En cas de perte du bien assuré pour une cause non couverte par l’assurance logement

3. L’assurance habitation ne vous couvre pas dans tous les risques 

Et oui, une assurance habitation, c’est bien plus complexe que ce que l’on pense. Alors halte aux idées reçues, ce n’est pas parce que vous avez souscrit à une assurance habitation, que vous êtes assurés dans tout type de situation. Cela va dépendre de ce que contient réellement votre contrat, quelles sont vos garanties, et notamment à quelles options vous avez souscrit. Il existe néanmoins des formules de base, dans lesquelles sont normalement inclus :

  • La garantie responsabilité civile
  • La garantie incendie
  • Le dégât des eaux
  • Le vol
  • Le bris de glaces
  • Les actes de vandalisme
  • Les catastrophes naturelles

Les tips d’Ideel :

  • Une option vous permettant d’étendre les garanties de vos bien, et même leur remboursement à neuf, peut-être inclus dans votre assurance habitation !
  • L’option “Protection juridique”, inclus à votre assurance habitation n’est pas forcément une bonne idée car elle pourrait mener à un conflit d’intérêt. En effet, si vous n’êtes pas satisfait par votre assureur en cas de sinistre, vous pouvez demander une aide juridique (grâce à l’option protection juridique). Mais dans ce cas-là, c’est votre assureur lui-même qui vous aidera juridiquement à porter plainte contre lui, ce n’est donc pas la meilleure idée qui puisse exister.

4. Il ne faut SURTOUT pas attendre un sinistre, pour être sûr d’être bien assuré

En effet, attendre un sinistre pour évaluer si vous avez une bonne assurance habitation, ce n’est pas la meilleure idée du siècle. Il faut bien avouer que dans bien des cas, l’assurance habitation fait défaut en ce qui concerne l’indemnisation d’un sinistre. D’ailleurs, un assuré sur 4 estime que les remboursements en cas de sinistre ne sont pas à la hauteur des dommages subis. Par exemple, l’indemnisation moyenne d’un incendie s’élève à 7 100 € et à 1 800 € pour un cambriolage.

Alors, il n’est jamais trop tard pour revoir vos droits et votre contrat d’assurance habitation ! Qui sait, peut-être même que vous pourriez payer moins cher pour de meilleures garanties, chez un assureur concurrent…

5. Votre cotisation est en grande partie calculée en fonction de votre formulaire de déclaration de risques

Plusieurs critères sont pris en compte lors de la mise en place d’un contrat d’assurance habitation, et afin de déterminer le prix de vos cotisations. Lorsque vous souscrivez à une assurance habitation, vous êtes amené à remplir une déclaration de risques, dans laquelle vous allez devoir mentionner les informations suivantes, qui vont déterminer le prix de vos cotisations :

  • La nature du logement et son usage : Appartement ou maison… Si c’est une résidence principale ou secondaire…
  • La superficie du logement : Nombre de pièces…
  • Votre statut : Locataire, propriétaire…
  • La situation géographique du logement : Certaines zones présentent un niveau de risque plus élevé que d’autres.
  • Votre capital mobilier : C’est la valeur de l’ensemble des biens qui sont dans votre logement (meubles, électroménager, éléments de décoration…).
  • Vos besoins : Vous pouvez choisir les garanties et options qui vous sont vraiment utiles, et dont vous pourriez avoir besoin.

6. Le prix de votre assurance habitation augmente d’années en années

Malheureusement, et dans la plupart des cas, votre assureur est en droit d’augmenter votre cotisation d’assurance chaque année. Et ce notamment si votre contrat contient une clause de révision. Vous avez tout de même la possibilité de refuser cette augmentation de tarif en résiliation votre contrat d’assurance sous motif “d’augmentation de la prime”, dans les 15 jours suivant la réception de l’avis d’échéance.

Votre cotisation peut aussi être réévaluée par votre assureur, via le mécanisme d’indexation. C’est-à-dire que la hausse des primes et garanties est lié à la progression d’un indice représentatif de la hausse des prix dans un domaine.

7. Vous pouvez régler votre cotisation d’assurance habitation de différentes manières 

Vous disposez d’un délai de 10 jours à compter de la date d’échéance indiquée dans votre contrat pour vous acquitter de votre prime d’assurance. Si ce délai est dépassé, votre assureur vous adressera une lettre de mise en demeure en accusé de réception. Puis, 30 jours après l’expiration de ce délai, votre contrat d’assurance habitation sera suspendu pour non-paiement de votre cotisation.

Plusieurs options s’offrent à vous lorsqu’il s’agit de payer votre cotisation :

  • Le paiement annuel : Vous réglez votre cotisation alors une seule fois par an, à l’échéance de votre contrat et donc à sa date d’anniversaire.
  • Le paiement en plusieurs fois : Vous pouvez également régler votre cotisation en plusieurs tout au cours de l’année, si votre contrat prévoir un fractionnement de cotisation. Vous pouvez ainsi régler soit mensuellement, trimestriellement ou semestriellement.

Si vous avez décidé de régler votre cotisation d’assurance habitation annuellement et en une seule fois, vous pourrez toujours changer d’assurance habitation (à défaut d’avoir respecté à minima 1 an de contrat). Vous obtiendrez alors un remboursement au prorata de la durée restante.

Ideel gère vos démarches pour vous !

N

Résiliez en un-clic

N

100% gratuit

N

Sans engagement

Plus d'excuse pour continuer à payer trop cher !